Rpg basé sur la série Vampire Diaries
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Who Will Have Her Heart!
Le forum ré-ouvre ses portes et il y a encore tout pleins de PV
disponibles, comme Bonnie (qui sont très importants), Rebekah, Elijah, Tyler, Matt...Alors n'hésitez pas à jeter un coup d'oeil!
N'oubliez pas la soirée Chat Box tous les Vendredi soirs à partir de 21h00! *-*

Partagez | 
 

 Oh my god, you're a ripper... - Stefan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▶ Tâches de sang : 138
▶ Arrivé(e) à Mystic Falls le : 19/03/2012
▶ Localisation : Au paradis, connard! ><
▶ Emploi/loisirs : Faire chier mon monde, me vanger...Et retrouver mon BFF!
avatar
Lexi Branson
MessageSujet: Oh my god, you're a ripper... - Stefan   Lun 1 Oct - 13:24

Les blessés s’empilent, graves ou non. Je suis demandée de partout, mais heureusement depuis quelques minutes tout va plus lentement, c’est mieux. Je passe de blessés en blessés, soutenant ma longue robe ample et aide les infirmières a faire les bandages, donner les remèdes. Et surtout, j’apporte du soutien aux malades, hypnotisant ceux qui sont le plus gravement blessés, retirant leur douleur et les faisant partir en paix. Beaucoup de vampires n’auraient même pas pensé a faire ça, se contentant de juste boire le sang jusqu’à ce que la personne ne pousse son dernier soupire. Ce n’est pas mon cas, heureusement. Puis, après avoir passé plusieurs heures a les veiller, à rester près d’eux pour les aider, à les rassurer, je remarque la nuit va bientôt se terminer et d’après les lueurs qui se dessinent a l’horizon, le soleil n’est pas loin de se lever. Je m’excuse auprès des infirmières, que j’ai appris a connaitre avec le temps et prends congé. Cela fait plus de 200 ans que je n’ai pas vu le soleil se lever et bizarrement, tous les jours ça me pince le cœur quand je me rappelle que je dois rester cloîtrée dans le noir pendant toute une journée. Eh oui, on ne dirait pas comme ça, en me voyant, mais je suis vieille…vraiment. Pourtant, en apparence, je ne suis rien de plus qu’une jeune femme de vingt ans. J’ai été transformée il y a de ça des années, alors que je marchais dans la rue. Pourtant on m’avais prévenue, on m’avais toujours dit que le soir, tout avait beau être désert, mais on ne pouvait être sûr de rien. N’importe qui pouvait surgir et nous agresser. Mes parents m’avaient mise en garde durant toute mon enfance et je n’avais jamais vraiment fait attention: Pour l’époque j’étais déjà vraiment rebelle. Mais ce jour là, j’en suis venue a regretter de ne pas avoir écouté, de ne pas voir respecté ce qu’ils me disaient. Tout s’est passé très vite, en réalité. J’ai été agressée et été laissée pour morte au beau milieu de la rue sombre, humide et vide. Je ne me souviens pas vraiment bien de cette nuit là…Tout ce dont je peux me souvenir, c’est d’être sur le sol et de voir quelqu’un s’approcher. Il m’as murmuré quelque chose a l’oreille et ensuite ça a été le trou noir. Quand je me suis réveillée, j’étais au beau milieu d’une forêt, apparemment a des kilomètres de chez moi et de la civilisation, livrée a moi-même. J’ai rapidement découvert que mes blessures étaient toutes miraculeusement guéries et les autres pouvoirs qui allaient avec ma nouvelle nature. La rapidité, l’agilité, les sons vraiment très amplifiés…La soif de sang. Heureusement que tout près vivaient une famille de vampires. Nomades, ils se trouvaient là par hasard et ont été une bénédiction pour moi, sachant qu’ils m’ont sauvée la vie. Ils m’ont appris qu’apparemment mon créateur avait déserté et m’avait abandonnée là. Alors ils m’ont pris sous leur aile et j’ai voyagé avec eux pendant une bonne cinquantaine d’années. Ce sont eux qui m’ont montré comment me nourrir, comment me contrôler et comment respecter les humains, la vie en général. Même si nous sommes obligés de nous nourrir d’eux, rien ne nous empêche de les laisser en vie, de les épargner justement parce que c’est grâce a eux que nous restons en vie. C’Est-ce que ma famille de substitution m’as toujours dit et j’ai suivi ce conseil. Je le suit encore aujourd’hui d’ailleurs. Après avoir passé un demi siècle avec cette famille, j’ai décidé de prendre mon envol, de faire cavalier seul. J’ai donc énormément voyagé, suis allée dans des endroits magiques dont je ne soupçonnais même pas l’existence lorsque j’étais encore humaine. Bizarrement, je n’ai même pas cherché a savoir ce qu’était devenu ma famille. N’ayant jamais été particulièrement proche de mes parents ou de mes sœurs, qui étaient toutes plus parfaites que moi…Eh bien je les ai laissé vivre. Peut-être qu’ils m’ont cherchée, pendant un temps. Puis j’imagine qu’ils auraient fait un faux enterrement juste pour honorer ma pseudo mémoire, histoire d’avoir bonne conscience. Chez les riches et surtout a cette époque, avoir des enfant fragiles qui meurent jeunes n’est même pas choquant et faire le deuil n’a pas du être trop dur, tout comme il a été étonnamment facile pour moi de les laisse derrière. J’ai profité a fond de ma nouvelle vie, du fait d’être immortelle et puissante: Le sang n’était qu’un effet secondaire. Qu’un mauvais côté de cette bénédiction que mon créateur m’as offert avant de filer. Mais je ne lui en veut pas peu importe qui il ou elle est, il a eu pitié de moi et m’as sauvée alors qu’il aurait juste pu me laisser sombrer et mourir. Enfin bref…aujourd’hui, marcher seule au beau milieu d’une forêt ne provoque plus aucune sensation de peur ni de méfiance chez moi. Au contraire, je trouve les bruits de la nature apaisants. Mais soudain, alors que je suis en train de marcher pour rejoindre la maison dont j’ai hypnotisé la propriétaire pour pouvoir y vivre sans contraintes, un bruit me fait presque sursauter. Je sent la présence de quelqu’un. Quelqu’un qui veut se faire discret, mais heureusement pour moi, je le sent s’approcher presque aussi distinctement que si il marchait normalement. Je continue de marcher comme si de rien était et compte les secondes, attendant que la personne se décide a m’attaquer. Il ne sait pas encore a qui il a a faire et risque d’être sacrément surpris! Je n’ai même pas le temps de faire dix pas et mon mystérieux agresseur me saute dessus. Grâce a mes réflexes de vampire, je l’évite avec aisance et me retourne contre lui, le prenant par le cou et le plaquant au sol. Comme je l’imaginais, c’est un homme. Mais je suis assez surprise de voir qu’il est tout comme moi, une créature de la nuit: Et vu son air perdu et le sang qui macule ses joues, ses lèvres et son menton, je peux dire que c’est soit un débutant, soit un cinglé! Sous l’impulsion, mes yeux sont devenus noirs, de petites et fines veines sont apparues sur mes joues et mes crocs sont sortis. Et même un enfant se douterait qu’il s’est nourri des blessés que je m’évertuais a soigner depuis la nuit tombée, hier soir. Sans compter qu’il expose sa nature de vampire a la face du monde en agissant comme ça. Et s’il se fait voir, forcément on finirait par remonter jusqu’à moi, et je ne peux l’accepter! Un grondement sort du fond de ma gorge et je souffle, mes mains serrant moins son cou: « Comment est-ce possible d’être idiot a ce point?! » je lui lance un regard noir et me relève aussi vite que me le permet ma nature de vampire et l’entraîne avec moi. « Es-tu inconscient?! Vas te mettre sur le champs de bataille et montre leur que tu ne crains pas les balles tant que tu y es! » Cet homme est jeune, il a l’air perdu et le fait qu’il ait la force d’un enfant de cinq ans face a moi me prouve qu’il est encore bébé pour un vampire. Je vois la détresse dans ses yeux et me cœur se serre. Ayant été passée par là tout comme lui, je me demande si il est seul? Normalement, son créateur ne doit pas se séparer de lui, pas au début…A moins que ce ne soit un vampire qui se fiche de ma vie humaine. Heureusement pour lui et pour les êtres humains, il a la chance d’être tombé sur moi. Mon visage redevient normal et je soupire avant de passer grossièrement ma main sur son menton et de lui dire d‘une voix plus calme. « Essuie toi, tu es maculé de sang. »




Alexia Branson
UC. © cj.pomme'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▶ Tâches de sang : 1016
▶ Arrivé(e) à Mystic Falls le : 02/03/2012
▶ Age : 26
avatar
Stefan Salvatore
MessageSujet: Re: Oh my god, you're a ripper... - Stefan   Mar 2 Oct - 19:09

Je n’aurais jamais imaginé dans ma vie que je deviendrais un vampire mais depuis que notre père nous avait tiré dessus, à Damon et moi, que nous étions revenu en vie mais en transition grâce à Katherine qui nous avait donné son sang avant tout ceci. Je devais avouer que d’être une créature de la nuit avait ses avantages et j’adorais beaucoup ce que j’étais devenu, je voyais dans le noir, je percevais l’environnement qui m’entourait sous un tout nouveau jour, c’était vraiment impressionnant. De plus j’étais devenu plus fort que les humains, plus supérieur, je pouvais les hypnotiser à ma guise ou même tout simplement me délectait de leur peur avant de les tuer. Rien que de penser à ça j’en salivais même mais j’avais déjà le sang d’une délicieuse jeune femme dont je me régalais en cet instant. J’en avais ramené quatre à la maison, j’en avais mis un au piano tandis que deux autres dansaient, la quatrième était bien sagement sous mes crocs. Son sang était vraiment délicieux et je la vidais en moins de temps qu’il ne fallait. Je m’éloignais de son cou, fermant les yeux pour apprécier ce nectar divin, me léchant les lèvres au passage. Je regardais par la suite les deux autres jeunes filles qui continuaient d’agiter leur robe dans une petite danse.

« Qui veux être la prochaine à mourir ? »

Je me levais alors qu’elles se rapprochaient de moi toutes les deux, me suppliant d’être la prochaine, que je leur avais promis ce qui me fit sourire, elles y auront droit toutes les deux, un peu de patience et elles connaitront la mort, douce et paisible qui les attendaient plutôt que leurs vies humaines insignifiante. Je caressais les joues des filles avant de regarder celle qui jouait du piano.

« Et toi alors ? Si tu ne joues pas plus vite, tu risques de perdre la tête. » Je m’approchais d’elle, posant mes mains sur ses joues. « Clac Clac ! »

Par la suite, à vitesse vampirique je me rapprochais d’une des filles, la plus grande et la mordis sauvagement, elle posa une main sur ma nuque pour que je continue et c’est ce que je fis tandis que j’entendais la plus petite qui continuait de danser, j’entendis aussi les battements du cœur de celle que je mordais qui s’étaient accéléré. Je buvais tranquillement mon repas quand j’entendis Damon me parler, j’arrêtais avant de tourner la tête pour le regarder.

« Assez pour partager. »

Je poussais l’autre fille dans ses bras. Il avait besoin de se nourrir lui aussi, il en aurait bien besoin durant toute l’éternité qui nous attendait. J’allais remordre ma victime mais mon frère continua d’être agréable, pour ne pas changer. Il était d’une humeur de chien depuis sa transformation. Je la lâchais et m’approchais doucement de lui.

« Tu n’as pas à t’inquiéter pour les familles fondatrice Damon, ils sont tous mort ou ne vont pas tarder à mourir. » Je me retournais ensuite pour regarder la jeune femme. « Viens. »

Je l’approchai de moi pour la mordre à nouveau, hmm, son sang était toujours aussi chaud, vraiment exquis. Mon frère m’éloigna ensuite de la fille, l’hypnotisant pour qu’elle s’en aille, il venait de renvoyer l’autre. J’émis un grognement, il m’agaçait, j’avais envie de m’amuser, ce n’était pas interdit à ce que je sache.

« Je t’en prie Damon, je ne fais que me divertir ! »

Damon finit par me parler de Katherine, qu’il fallait qu’on se montre plus intelligent qu’elle pour ne pas se faire prendre, je fis non de la tête, me mettant à soupirer. A quoi ça servait puisqu’au final, on finissait par mourir ? Katherine était morte, alors à quoi bon faire faire attention, nous serions toujours en danger. Plus pour longtemps de toute façon comme je tuais les familles fondatrices.

« Regarde ou ça la conduite. »

Il était vexé de ce que je venais de dire, c’était la vérité de toute manière, si ça ne lui plaisait pas, ce n’était aucunement ma faute. Par la suite Damon finit par me dire qu’il en avait fini ici, avec moi, et qu’il quittait la ville. Il me bouscula et je me tournais vers lui alors qu’il se dirigeait vers la sortie. Je ne pouvais pas le laisser m’abandonner, pas comme ça. Je me retrouvais à vitesse vampirique en face de lui, mes mains sur ses bras.

« Attend ! Je sais que tu me hais, c’est moi qui t’ai condamné à la souffrance éternelle j’en suis conscient mais t’es pas obligé de partir, je vais m’améliorer, je te le promets… »

Il me répondit non, qu’il ne voulait pas et me fit le lâcher, je le suppliais de rester mais il ne m’écoutait pas et était déjà parti. Je me retrouvais avec le corps de cette fille sur le canapé, c’était tout ce que j’avais gagné, je baissais la tête, repensant à ce que j’avais fait, à mon père, à mon frère. Ma mauvaise confiance me rongeait… je préférais faire taire mes émotions, une bonne fois pour toute…

Je suis resté pris dans ma folie de vampire pendant des semaines, n’obéissant qu’à mon désir de sang humain, je ne faisais qu’attaquer, traquer, je m’amusais le plus naturellement possible. L’avantage de la guerre, c’est qu’on pouvait tuer sans que les gens ne se rendent compte de quoique ce soit, c’était une bien triste époque pour ces pauvres gens, pour moi c’était entièrement l’extase, rien ne comptait que mon propre désir de m’abreuver de ce liquide rouge si précieux aux yeux de ses humains insignifiant. En cet instant je me nourrissais d’une personne blessé, dans un camp entièrement rempli, l’homme était complètement mourant et personne n’allait s’apercevoir qu’un vampire venait de le tuer. Lorsque je sentis la vie de l’homme s’en aller, je levais les yeux, remarquant une jeune femme qui aidait et donnait du réconfort au malade. Elle devait être tout particulièrement délicieuse. Je me léchais les lèvres avant de me redresser et de la suivre discrètement dans la forêt, j’avais encore soif de sang et elle me ferait un très jolie dessert. Lorsqu’elle se retourna, j’allais me cacher à vitesse vampirique entre les arbres, jusqu’à ce que je m’attaque enfin à elle, la jeune femme se retourne en me prenant par le cou et me plaquant au sol, un visage vampirique sur le visage. J’étais entièrement surpris de voir ça, croyant que Damon et moi étions les seuls vampires à Mystic Falls mais il fallait croire que ce n’était plus le cas. Je regardais donc cette femme dans les yeux, me demandant ce qu’elle allait faire. Me tuer ? A en voir son visage elle n’avait pas l’air contente que j’ai voulu m’en prendre à elle, mais contre toute attente elle desserra ses mains de mon cou, me laissant respirer, enfin façon de parler. Je ne bougeais plus, toujours sous le choc de voir qu’elle était un vampire alors que je l’avais prise pour une humaine fragile… les apparences étaient bien trompeuse, comme avec Katherine. La femme que j’avais devant moi me demanda comment on pouvait être aussi idiot à ce point. Je fronçais les sourcils, clignant des yeux alors qu’elle retirait son capuchon, je pus enfin voir son visage en entier, elle avait une chevelure blonde et bouclé et était vraiment jolie. Elle se releva assez vite, m’aidant par la même occasion, je n’arrivais pas à détacher mon regard du sien. Elle me demandait si j’étais inconscient, d’aller sur le champ de bataille pendant que j’y étais. J’étais complètement déstabilisé, ne comprenant pas. Je voudrais parler mais cette fille m’impressionne, c’est la première fois qu’une femme me parle de cette manière. Je restais muet, sans savoir quoi dire, baissant les yeux un instant, j’avais l’impression de me faire gronder par ma mère, même si je ne l’avais jamais connu, c’est l’effet que ça me faisait en cet instant, surtout qu’elle est plus forte que moi. Je relève le regard quand elle me touche le menton, me disant de m’essuyer, j’étais plein de sang. Tellement j’étais dans l’euphorie de boire tout ce sang, j’avais complètement oublié que j’en laissé échapper. Je sortis donc un mouchoir de ma poche et m’essuyais le menton, regardant par la suite la jeune femme.

« Excusez-moi… je vous avais pris pour une humaine. Qui êtes-vous ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▶ Tâches de sang : 138
▶ Arrivé(e) à Mystic Falls le : 19/03/2012
▶ Localisation : Au paradis, connard! ><
▶ Emploi/loisirs : Faire chier mon monde, me vanger...Et retrouver mon BFF!
avatar
Lexi Branson
MessageSujet: Re: Oh my god, you're a ripper... - Stefan   Dim 11 Nov - 17:22

Le sang est partout, tentateur. Terriblement tentateur…Heureusement, je suis assez âgée et c’est devenu plus facile pour moi de résister. Et puis les râles des blessés ramène bel et bien sur terre, il faut le dire. Voilà depuis la tombée de la nuit que je suis ici, en train d’essayer d’aider les faibles infirmières qui triment en voulant sauver leurs patients. Certains étaient trop gravement touchés et je les hypnotisaient ni vu ni connu pour leur demander de s’endormir, en paix, avant d’entendre leur cœur s’arrêter de battre. Et je sauve ceux qui peuvent être sauvés en recousant les plaies a vitesse vampirique: Mais jamais je n’utilise mon sang pour les soigner. Ce serait trop dangereux, sachant que le sang de vampire reste dans l’organisme au moins 24 heures et que le soldat, une fois totalement remis, retournerait se battre, sûrement pour se faire tuer.. Là, il serait en transition et ça ferait bien plus de mal que de bien…Sans compter que ça donnerait la preuve que nous sommes là, autour des humains. Nous n’avons pas vraiment besoin de ça, en somme. Même s’il fait nuit noire, la guerre ne s’arrête pas pour autant et nous entendons des cris au loin, ainsi que les bruits significatifs que font les armes lorsqu’elles tirent. Je reste avec les guerriers durant des heures, ne lâchant pas mon poste une seconde. Parfois, il m’arrive même de pleurer, en voyant un jeune homme de dix sept ou dix huit ans mourir sous mes yeux. Ca me rappelle sans arrêt que je ne comprendrais décidément jamais les humains…Tellement avides de pouvoir et de reconnaissance, qu’ils n’hésitent pas une seconde et envoient des enfants dans les tranchées. De simples enfants qui n’auront jamais la chance de revoir leurs proches ou même d’avoir une vie a eux. Ils sont purement et simplement condamnés, allant a l’abattoir, attendant qu’on les tue de la même manière que les animaux. Soufflant, penchée sur le corps d’un autre jeune homme ressemblant comme deux gouttes d’eaux à un des soldats que j’ai soigné un peu plus tôt dans la soirée et qui est endormi, je m’efforce de ne pas verser une larme. Celui-ci vient de mourir et je ne souhaiterais pas être là pour annoncer sa mort a son frère, se reposant juste à côté. Tremblant légèrement, je ferme les yeux du garçon dont le visage est maculé de sang et m’essuie sur ma robe avant d’embrasser ses deux paupières closes. Même si je suis damnée a jamais, ma famille d’origine était chrétienne, et lorsque mon grand père est mort alors que j’étais jeune, j’ai vu ma mère faire ça. J’ai pris ça pour un signe et allez savoir pourquoi, maintenant je fais ça a tous ceux qui meurent sous mes yeux, comme pour leur apporter chance et paix. Puis, finalement, la nuit passe, beaucoup trop vite a mon gout. Je vois le ciel s’éclairer, très faiblement. Si faiblement que l’œil humain ne pourrait pas encore le voir…Mais ça veut dire qu’il est l’heure pour moi de partir et de rentrer me cacher dans l’ombre pour la journée. Et oui, voilà, en plus du sang, l’autre petit, minuscule, problème des vampires: Le soleil. Pire qu’allergiques, nous brulons a son doux contact. Je salue donc gentiment les infirmières qui mènent leur propre combat de leur côté: Garder les gens en vie…Ou du moins essayer. Puis je m’éloigne du petit campement aménagé loin des bombes et des tirs. Lentement, prenant mon temps, je m’enfonce dans la forêt encore bien sombre. Le calme est apaisant, mais je sais que je dois tout de même ne pas perdre trop de temps, histoire de ne pas me laisser surprendre par le soleil qui se lève toujours plus vite qu’on ne le croit. D’ailleurs, en parlant de se laisser surprendre, je suis assez intriguée par le fait d’entendre enfin du mouvement autre que celui d’un animal. Non, c’est clairement les pas d’un homme que j’entends. Après ma transformation, j’ai mis un bon moment avant de me balader seule: Oui, manquer de mourir agressée par un homme inconnu reste gravé pour longtemps dans la mémoire et c’était physique. Mais maintenant, je me sent plus forte et je suis également plus rapide. Je me retourne, essayant de voir qui va être mon futur agresseur, mais ne distingue que le vide. Arquant un sourcil, et essayant surtout de me persuader que je ne suis pas devenue folle, j’hausse les épaules et reprend ma marche. A peine quelques secondes plus tard, j’esquive un attaque, tend le bras et commence a étrangler mon assaillant tout en le plaquant au sol, les crocs dehors. Tiens, tiens: Un vampire. Il empeste le sang et ses vêtements montre que ce n’est pas un simple paysan mais au moins un fils d’aristocrate. Ou quelque chose du genre. Poussant un profond grognement, un peu comme un animal, je lui fait savoir que je lui suis supérieure à la fois en âge et surtout en force, puis me relève tout en le traitant de cinglé et en lui disant que tant qu’il y est, il pourrait aller directement sur le champs de bataille et dire a tout le monde qu’il est un vampire. Il m’as l’air jeune, désorienté et a en juger par le sang qui coule le long de son menton, qu’il est légèrement accro, complètement shooté au sang humain. J’en ai rencontré beaucoup des comme lui, qui n’avaient pas d’instructeur ou dont le créateur les avaient laissé tomber sas même leur apprendre comment se nourrir sans dépasser les limites. Les yeux écarquillés, il me fixe, l’air vraiment surpris, soit par le fait que je sois un vampire, soit par le simple fait que je lui laisse la vie. Et oui, tuer n’est pas vraiment mon genre. Soupirant, je lui dit d’une voix plus calme d’essuyer son menton. Il manquerait plus que je lui fasse peur! Je le regarde sortir un mouchoir et s’exécuter puis croise les bras lorsqu’il me dit qu’il m’avais prise pour une humaine. « Je suis celle qui aurait pu définitivement mettre fin a ta petite vie pour m’avoir attaquée. Heureusement que tu es tombé sur la bonne personne…Sinon, mon nom est Alexia Branson, mais tous mes amis m’appellent Lexi. », répondis-je en me détendant légèrement. « Et toi, qui es-tu?! », demandais-je en le regardant finalement. Malheureusement, je ne peut pas longtemps me focaliser sur le nouveau venu, parce que je remarque que le ciel se fait de plus en plus clair. Par delà la montagne juste en face, a quelques kilomètre, le soleil est déjà levé et ses rayons se diffusent petit a petit. D’ici quelques minute, ils nous auront atteint. Et je suis bien trop loin de la maison pour y arriver a temps maintenant! Je décide donc de couper court aux présentations et dit: « J’espère pour toi que tu n’habite pas loin d’ici, parce que le soleil se lève et, je ne sais pas pour toi, mais lui et moi, on est pas vraiment copains. » Je le vois baisser les yeux sur la chevalière qu’il porte au doigt et comprends immédiatement que lui, contrairement a moi, est protégé et peut marcher dehors en pleine journée. Décidément, sur quel phénomène est-ce que je viens de tomber?! « Je vois…Eh bien sauve moi la vie pour avoir épargné la tienne! », m’exclamais-je en souriant légèrement, tout en sachant que j’ai raison. Il me demande de le suivre et marche dans la forêt. Calmement, j’obéis et demande, après quelques secondes: « Dis moi, quel âge as-tu? Et je ne parle pas de ton âge en tant qu’humain, mais en tant que vampire. Tu m’as l’air jeune et surtout stupide, sans vouloir te vexer. »




Alexia Branson
UC. © cj.pomme'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▶ Tâches de sang : 1016
▶ Arrivé(e) à Mystic Falls le : 02/03/2012
▶ Age : 26
avatar
Stefan Salvatore
MessageSujet: Re: Oh my god, you're a ripper... - Stefan   Mer 21 Nov - 20:07

Tout ce qui passait par-dessus ma tête n’avait qu’un seul nom, le sang, encore et toujours du sang. Plus j’en buvais, plus j’en voulais encore, une faim insatiable qui ne se finissait jamais, j’avais beau boire, quand je sentais du sang, c’était comme si ce dernier m’appelait, me disant d’y gouter. Finalement, être un vampire ça avait du bon, moi je vivrais longtemps alors que ces pauvres humains finiront par mourir un jour ou l’autre, après tout, je leur rendais service en leur faisant mourir plus tôt, effaçant ainsi leur souffrance pour ceux qui avaient été blessé à la guerre, voilà tout. C’était un grand service que je leur rendais, de plus personne n’allait se douter que c’était un vampire qui venait de tuer ces personnes alors qu’ils étaient blessés de guerre. Tandis que je me nourrissais, je sentis l’odeur du sang et relevais la tête, maculé de sang sur le menton et ma chemise, je remarquais qu’une femme venait de s’occuper d’un blessé qui venait tout juste de mourir. Elle sentait bon et j’avais très envie d’aller la gouter. Je me mis donc à la suivre sans qu’elle ne sache que j’étais là, en bon prédateur j’étais silencieux, jusqu’à ce que tous les deux nous nous retrouvions seule dans les bois, elle commença par avoir peur et je finis par me cacher. Je finis par l’attaquer, mais je n’avais pas prévu une chose… c’est que c’est moi qui finirait sous sa poigne, pour une femme elle avait de la force, normale c’était un vampire, je ne l’aurais jamais cru. J’étais vraiment surpris sur le moment que je ne cherchais même pas à me défendre, je restais là, à regarder la jeune femme que je venais d’attaquer. Cette dernière finit par m’aider à me relever, me traitant de cinglé, je ne cherchais pas à l’en dissuader, elle me faisait peur et c’était bien la première fois qu’une femme me parlait sur ce genre de ton, je n’en avais pas l’habitude. Je restais silencieux quelques instants et finis par nettoyer mon menton, quand elle me l’ordonna, avec un mouchoir. Je m’excusais par la suite. Elle finit par se présenter, elle se nommait Alexia Branson mais ses amis l’appelaient Lexi. Elle me demandait qui j’étais.

« Stefan Salvatore, je suis vraiment désolé si je vous ai froissé Lexi ? Enfin, si vous me permettez de vous appeler ainsi. »

Je ne pouvais pas la tutoyer, je ne la connaissais qu’à peine, de plus elle m’impressionnait beaucoup, je ne savais pas quoi faire, ni que dire, j’avais peur de lui faire de la peine. Je fis un air intrigué, complètement perdu et dépité, en voyant Lexi qui regardait l’horizon. Le soleil était en train de se lever à ce que je pouvais voir. La jeune femme finit par me dire qu’elle espérait que je n’habite pas loin puisque le soleil n’était pas vraiment son ami, je ne pus m’empêcher de regarder ma chevalière, repensant à l’instant ou Emily me l’avait donné, me disant que c’était une malédiction, qu’elle ne le souhaitait à personne, sauf que c’était arrivé et moi je considérais ca plutôt comme un cadeau venant de Katherine avant sa mort. Je fis un hochement de la tête à sa phrase.

« Suivez-moi, c’est juste à quelques pas d’ici, nous y serons vite avant que l’aube n’arrive. »

Je commençais à marcher, mettant mes mains dans les poches en direction du domaine des Salvatore, là où j’avais élu domicile avec mon frère, malgré nos disputes répétés. Je me demandais comment tout ça allait se terminer, je savais que j’étais en faute, je savais que jamais je n’aurais du obliger mon frère à se nourrir s’il n’en avait pas envie, et pourtant je l’avais fait… maintenant je culpabilisais, c’était mieux pour moi d’éteindre mon humanité que de me retrouver confronter à la souffrance. Je me retournais en entendant Lexi me demandait quel âge j’avais, vampiriquement parlant. Elle me trouvait stupide… très gentil.

« Il faut croire que vous partagez le même avis que mon frère concernant ma stupidité. Je vous remercie pour votre franchise. » Je baissais les yeux, tapant dans un petit caillou qui finit sa course un peu plus loin. « Je suis un vampire que depuis quatre semaines. »

Oui je n’étais encore qu’un petit vampire de bas étage mais je comptais bien vivre encore longtemps. Nous arrivâmes enfin dans le domaine des Salvatore, coupant par le jardin, nous nous retrouvons en face de ma demeure et je poussais les portes, faisant rentrer Lexi. Une fois dedans je fermais les portes et j’entendis sa voix s’éteindre alors qu’elle me parlait, lorsque je remarquais qu’elle venait de voir les corps des jeunes femmes que j’avais tué, je mis une main sur ma taille, montrant les corps.

« J’allais me débarrasser de tout ceci… »

Si j’avais su que j’allais avoir quelqu’un à la maison, je me serais chargé d’enlever les corps beaucoup plus tôt que ça, malheureusement je n’aurais pas pu prévoir que j’allais croiser le chemin de cette fille qui avait besoin d’un refuge le temps que le soleil ne nous quitte jusqu’au lendemain matin. Je regardais les jeunes femmes par terre, ne pouvant me retenir à repenser au sang, j’en voulais tellement encore, j’irais surement chasser de nouveau quand j’aurais dormi un peu, les vampires ca avaient besoin de reprendre des forces, au moins je pourrais m’occuper de tuer les familles fondatrices qu’il restaient, ils devaient bien tous avoir peur avec ceux que j’avais déjà tué.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▶ Tâches de sang : 138
▶ Arrivé(e) à Mystic Falls le : 19/03/2012
▶ Localisation : Au paradis, connard! ><
▶ Emploi/loisirs : Faire chier mon monde, me vanger...Et retrouver mon BFF!
avatar
Lexi Branson
MessageSujet: Re: Oh my god, you're a ripper... - Stefan   Jeu 29 Nov - 13:31

La guerre est partout, bruyante et effrayante. Surtout en pleine nuit. Les cris déchirants et les râles des blessés ou des mourants me brisent le cœur a chaque fois, pourtant je tiens bon et me contente de soigner le nombre impressionnant d’hommes qui sont allongés là, sous les tentes. Les blessés légers sont tenus a l’écart, dans le but qu’ils puissent repartir au combat sans avoir vu les mourants…En gros, ils les mettent dans de bonnes dispositions pour se battre encore une fois, veillant à ce qu’ils ignorent encore et toujours ce qu’ils risquent d’endurer. Ils ne voient pas les hommes, vieux ou jeunes, qui ont perdu des bras ou des jambes, qui sont devenus aveugles ou sourd. Ils ne voient pas l’enfer dans lequel ils sont plongés et même s’ils savent qu’ils peuvent mourir, ils n’ont aucune idée de ce par quoi il devront passer avant. Cette situation me rend triste, me brise souvent le cœur mais je tiens néanmoins a rester pour aider. Si je ne pouvais pas passer mon immortalité a aider les autres, que pourrais-je bien faire d’autre?! Malheureusement, je dois m’éclipser bien vite, après avoir regardé un jeune homme d’une vingtaine d’années mourir sous mes yeux. Encore un frère, un fils, mort au combat…je dis au revoir aux autres infirmières et prend la direction de la forêt, allant à l’opposé du champs de bataille, se tenant bien plus loin. Les tirs se font rares la nuit sachant que les soldats n’ont aucune visibilité, mais le jour est en train de pointer le bout de son nez, ce qui veut dire qu’une autre journée terrible va commencer pour eux. Pressée de rentrer chez moi, je marche assez vite, mais pas trop pour éviter qu’on remarque que je vais plus vite qu’un humain normal. Sauf que de légers bruits attirent mon attention et bien rapidement, un homme essaie de m’attaquer, sûrement dans le but de me tuer. Sur le coup, alors que je le plaque contre le sol, ma main sur son cou, je me traite mentalement d’idiote. Ce vampire devait rôder depuis pas mal de temps autour de l’infirmerie improvisée et je ne l’ai même pas remarqué! L’odeur du sang et l’adrénaline devaient m’empêcher de percevoir le fait qu’un de mes « frères » était également présent. Je l’aide finalement a se relever tout en me redressant a vitesse vampirique et le traite d’idiot. Mais il a l’air jeune, ce qui lui fournit une bonne excuse pour sa stupidité évidente. Ensuite, je me radoucit en voyant son air a la fois intrigué et effrayé, un peu comme si j’étais la première femme vampire qu’il croisait dans les environs. Il me demande qui je suis et je finis par lui répondre tout en lui faisant comprendre que s’il était tombé avec n’importe quel autre vampire, il aurait très bien pu être tué sur le champs. Ensuite, je lui demande a mon tour qui il est, curieuse malgré moi. Stefan Salvatore…Ce nom ne me dit rien du tout et je me surprend a sourire légèrement lorsqu’il me demande s’il peut m’appeler Lexi. Jamais personne ne m’as demandé mon avis, se contentant de m’appeler par mon diminutif comme si c’était naturel. Il est donc bien le premier, et ça me plait! Il me vouvoie également, me montrant toute la politesse que lui a inculqué son éducation. Moi, étant plus naturelle et surtout plus vieille, me permet de le tutoyer comme s’il était mon frère, mon fils ou l’un de mes amis. « Appelle moi comme bon te semble, Stefan. Et tu ne m’as pas froissée. Je voulais simplement te faire comprendre que tu as fait preuve d‘imprudence et que si un jour tu te fais prendre, ça pourrait être plus grave on seulement pour toi, mais également pour nous tous. » Après des siècles et des siècles d’existence, il manquerait plus que ce soit un jeune vampire qui prouve notre existence a tous! Ensuite, je remarque que le soleil est en train de se lever, lentement, mais sûrement. Il est déjà trop tard pour que je rentre chez moi, alors je demande a Stefan si il vit loin d’où nous sommes, espérant secrètement que non. Sa réponse me rassure et je le suit alors qu’il se met a marcher. Je lui demande alors son âge. Pas son âge humain, mais vampire, parce que physiquement, ça se voit bien qu’il n’a pas du dépasser les dix sept ou dix huit ans. Là, j’apprends qu’il a un frère et qu’il a été transformé il y a seulement quatre semaines…Quatre ridicules et petites semaines! Ce n’est même pas étonnant qu’il ait essayé de m’attaquer en ne sachant pas faire la différence entre un humain et un vampire. C’est encore un bébé et le fait qu’il sache seul me prouve qu’il n’a ni son créateur, ni un quelconque instructeur avec lui pour l’aider. « Si jeune et déjà livré a toi-même », dis-je d’un ton bien plus calme, presque doux. « Où est passé votre créateur?! » Je suppose que son frère est un vampire également, mais qui sait, peut-être lui est-il plus vieux ou simplement plus censé?! Puis, quelques minutes plus tard, nous arrivons devant une maison immense et magnifique. J’avais habité de nombreuses maisons comme celles ci en hypnotisant les propriétaires pour qu’ils me laissent y loger. Mais le mieux pour un vampire, c’est toujours la maison la plus modeste et la plus reculée de la civilisation si possible, pour qu’on évite d’un jour, se poser des questions. J’entre dans la maison en premier et alors que Stefan ferme les portes derrière nous, une odeur étrange empli l’espace. Sauf que cette odeur, je la connait: La mort. Et quand j’entre dans le salon, je m’attendais déjà a voir un corps…Et non pas plus de trois. Je m’arrête vois le sang qui a dégouliné de partout, les têtes qui ont été arrachée pour remises sur les corps, comme s’il avait essayé de les souder a nouveau a leur cou après s’être rendu compte de ce qu’il avait fait. Je suis tellement prise dans ma contemplation que je ne l’entends pas surgir derrière moi et me dire qu’il comptait se débarrasser de tout ça. Sincèrement surprise qu’un homme aussi jeune puisse déjà être du mauvais côté, je le regarde un instant et avant de me concentrer a nouveau sur les cadavres de ces pauvres femmes et dit simplement: « Mon dieu, tu es un ripper… » Intrigué, il me regarde et me demande ce que je veux dire par là. C’est vrai, peu de personnes aussi jeunes n’ont entendu parler des ripper. Surtout qu’ils sont assez rares! Pour répondre a sa question, je poursuit donc: « Il y a des bons côté au fait d’être un vampire, et il y a aussi des mauvais côtés…Tu es le mauvais côté. » Je vois son air perdu, alors qu’il regarde les femmes qu’il a tué. Il ne doit même pas comprendre ce qui lui arrive, dans le fond.  « Bien! Nous allons devoir changer ça, alors. », dit-je, confiante. Je l’aiderais, tout comme on m’as aidé mois, il y a plusieurs centaines d’années. « Etre vampire ce n’est pas…ça, Stefan. », poursuivis-je en montrant les corps sans vie d’un vague geste de main. « Je t’apprendrais, parce que de toute évidence, tu en as bien besoin. »




Alexia Branson
UC. © cj.pomme'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▶ Tâches de sang : 1016
▶ Arrivé(e) à Mystic Falls le : 02/03/2012
▶ Age : 26
avatar
Stefan Salvatore
MessageSujet: Re: Oh my god, you're a ripper... - Stefan   Dim 23 Déc - 0:18

Tous ses morts, tous ses blessés… vous voulez vraiment savoir ce que je ressentais en cet instant ? Rien, aucune peine, aucune souffrance, je me fichais bien d’eux, c’était juste un bon moyen pour moi de me nourrir, de me sentir plus fort. Ils avaient tellement une vie insignifiante que m’en nourrir leur permettait d’être libérés de leur vie totalement inintéressante. J’avais au moins vidé deux personnes de leur sang, même blessé, ils étaient délicieux et je m’en délectais avec une joie que je dissimulais, ce n’était pas la peine d’ameuter tout le monde. Ils allaient déjà croire que ces deux hommes étaient morts suite à leurs blessures, j’aurais peut-être dû les sauver mais… non, en fait je n’en avais strictement rien à faire, je venais de me nourrir, c’était plus que satisfaisant. Sauf que j’avais encore faim, alors le fait de voir cette femme apporter du réconfort aux blessés, me confirmais dans l’idée qu’elle devait être délicieuse. Je me mis donc à suivre cette jeunes femmes, je ne savais pas à quoi elle ressemblait, je ne savais pas qui elle était exactement mais tout ce que je voulais, c’était boire son sang, m’amusait peut être à la ramener à la maison pour qu’on s’amuse avant qu’elle ne connaisse mon baiser de la mort. Je me mis à l’attaquer, sauf qu’à mon étonnement, c’est moi qui me retrouvais à terre. Je regardais la jeune femme dans les yeux, j’étais tellement surpris que je ne savais plus comment agir sur le moment, c’était la première fois qu’on me parlait comme ça, qu’une femme agissait de la sorte à mon égard. Elle était la première femme vampire que je rencontrais depuis que j’en étais devenu moi-même un. Elle m’aida à me relever et je lui demandais donc qui elle était, avant qu’elle ne me retourne la question. Une fois lui avoir dit qui j’étais vraiment, je ne cessais de la dévisager, me demandant si j’allais avoir le droit à des remontrances de sa part encore une fois. Je m’excusais pour mon comportement. Je fis oui de la tête quand elle me dit que ca pourrait être grave si je me faisais prendre.

« Je ferais plus attention à l’avenir, je suis désolé. »

Par la suite ? Lexi me demanda si je vivais non loin d’ici, je comprenais que le soleil allait bien se lever, moi j’avais une protection, ce qui n’était pas du tout son cas. Pendant notre trajet, elle me demanda mon âge en tant que vampire, lui répondant que cela faisait que quatre semaine que j’en étais devenu un. Déjà un mois, j’avais l’impression que c’était hier que la rafle des vampires avait commencé, que je tuais mon père pour être un vampire à part entière. Lexi changea de ton, devenant plus douce, assez calme, elle me demanda ou était passé mon créateur. Je baissais le regard un instant, je ne ressentais rien, aucune peine, aucun remord, mon humanité n’existait plus, même si je devais reconnaitre être fasciné par Lexi et par la même occasion, me souvenir de certaines choses que j’avais vécu avec Katherine.

« Elle est morte. Les fondateurs ont mené une rafle contre les vampires à Mystic Falls, et en voulant l’aider, mon frère et moi avions été abattus, devenant des vampires. »

Une fois arrivé à destination, je fis rentrer la jeune femme. Tandis que je fermais la porte, je la laissais aller dans le salon avant de la rejoindre, lui disant que j’allais me débarrasser des corps, je n’avais pas encore eu le temps de faire le ménage mais je m’en occuperais dès qu’elle sera au repos, dans une chambre dont j’allais fermé les rideaux pour la protéger du soleil. Lexi finit par me dire que j’étais un ripper, je la regardais, intrigué, me demandant de quoi elle parlait.

« Pardon ? »

Qu’est-ce que ça voulait dire ? Savait-elle quelque chose que j’ignorais ? Elle finit par répondre à ma question, me disant qu’il y avait de bons côtés au fait d’être un vampire, mais aussi des mauvais côtés, je ne connaissais que ces derniers. Je tournais mon regard vers les corps des femmes que j’avais tué, ne comprenant rien, totalement perdu et sans but dans ma vie de vampire… lexi finit par me dire que nous allons changer ça, avant de m’expliquer qu’être un vampire ce n’était pas ça tout en montrant mes victimes. Elle voulait m’apprendre, sauf que je ne voyais pas ce que je pourrais apprendre, je me nourrissais, c’était normal non ? Les humains faisaient partie du gibier des vampires.

« Mais les humains ne sont-ils pas là pour nous servir de repas ? J’ai déjà essayé de me nourrir sans tuer quelqu’un mais cela m’est impossible… je n’y arrive pas, et ça finit comme ceci. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▶ Tâches de sang : 138
▶ Arrivé(e) à Mystic Falls le : 19/03/2012
▶ Localisation : Au paradis, connard! ><
▶ Emploi/loisirs : Faire chier mon monde, me vanger...Et retrouver mon BFF!
avatar
Lexi Branson
MessageSujet: Re: Oh my god, you're a ripper... - Stefan   Jeu 30 Mai - 13:23

Je ne m’attendais pas à tomber sur un autre vampire ce soir, et surtout pas ici! Mais ça ne m’étonne qu’à moitié, sachant qu’il a su être attiré par le sang. Il m’as attaquée sans même chercher à savoir si j’étais réellement humaine ou si j’étais, tout comme lui, un prédateur: Il n’a pas senti que j’étais plus âgée et surtout plus forte et dangereuse que lui. Perdu et effrayé, il s’excuse après que je lui ai fait un sermon. Je n’ai pas pu m’en empêcher. Mais c’est vrai, il nous met tous en danger en se nourrissant des humain à la vue de tous! Puis je lui demande tout naturellement s’il vit loin, bien décidée à m’incruster chez lui parce que le soleil commence à se lever. Le fait qu’il m’ait attaquée m’as interrompue et je suis maintenant trop loin pour rentrer chez moi, avant de bruler vive. Heureusement, il acquiesce et nous nous mettons en route. Je sent déjà la chaleur sur ma peau alors que les rayons du soleil sont encore loin. Durant le trajet, je lui demande où est passé son créateur et ça ne me surprends pas qu’il me réponde qu’elle est morte. Aucun créateur ne pourrait abandonner la personne qu’il vient de transformer. Surtout pas si c’est un vampire aussi jeune, aussi dépendant du sang. Stefan n’est encore qu’un enfant et se retrouve rétrogradé à l’état de bébé: De bébé vampire. « Je vois…Je suis désolée. » en effet, je compatis, car j’ai moi-même perdu mon créateur qui s’est enfui après m’avoir transformée. Je sais le vide que ça laisse et heureusement qu’ensuite j’ai réussi à trouver une famille d’adoption, sinon j’aurais forcément mal tourné. Très vite, nous arrivons devant une grande maison, magnifique. Stefan me laisse entrer en premier et ce qui me frappe immédiatement, c’est l’odeur. Les maisons de ce type sont toujours très bien entretenues, mais là, l’odeur de la mort est forte, récente. Et en entrant dans le salon, je remarque les cadavres. Des femmes. Elles ont sûrement été vidées de leur sang et pas forcément de la meilleur façon qui soit. Stefan me voit choquée et s’excuse en disant qu’il déplacer les corps. Là, je me rends compte de ce qu’il se passe: Ce gosse est un ripper. Il ne comprend pas ce que je veux dire par là et ce n’est pas étonnant. J’essaie alors de lui faire comprendre qu’être vampire ce n’est pas forcément que pour traquer et tuer sauvagement les humains. Je le regarde et m’approche, me détournant volontairement des corps. « Bien sûr que non, Stefan. Les humains ne sont que ce que nous étions, il n’y a pas si longtemps. Ils nous font vivre mais nous ne devons pas en abuser. » Tout en souriant légèrement, je pose une main sur son épaule. « Chaque vie est importante et ne doit pas être négligée ou prise à la légère. Tu ne peux t’empêcher de tuer et tu te sent coincé, mais je peux t’aider. Tu vas souffrir et va devoir faire énormément d’efforts…mais au moins, tu seras redevenu toi, à peu de choses près. » Je ne connais pas encore ce jeune homme, mais je ne peux pas me résoudre à le laisser livré à lui-même. Je veux l’aider et je l’aiderais. « Tu verras, tu redeviendras humain. Là dedans », soufflais-je en posant la paume de ma main contre son cœur.




Alexia Branson
UC. © cj.pomme'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▶ Tâches de sang : 1016
▶ Arrivé(e) à Mystic Falls le : 02/03/2012
▶ Age : 26
avatar
Stefan Salvatore
MessageSujet: Re: Oh my god, you're a ripper... - Stefan   Dim 14 Juil - 21:06

La guerre était une bonne chose pour moi, j’adorais aller boire le sang de ces victimes, tout le monde n’aurait jamais l’idée de se dire que c’était un vampire qui les avait tué, seulement qu’ils avaient succombé à leur blessure. Certains seraient morts tôt ou tard de toute manière, je n’avais fait qu’abréger leur souffrance d’une certaine façon, tout en me nourrissant. Je sentais encore le gout si délicieux sur mes gencives. L’odeur du fer était tellement présente, tellement apetissant que je pourrais me nourrir de tous ces blessés si je le voulais. Une silhouette m’avait changé d’optique quand je l’avais vu, une femme qui aidait les personnes mourantes. En la voyant partir je m’étais précipité vers elle, jusqu’à ce que je me rende compte, une fois m’être retrouvé au sol, que cette fille n’était autre qu’un vampire, et un peu plus vieux que moi. Elle finit par abandonner son visage menaçant et me parle, je ne comprends pas, je suis complètement et je ne sais même plus ce que je dois faire. Cette femme m’intimide, c’est la première fois qu’on me parle de cette façon et je n’en ai pas l’habitude…

Pendant que nous marchions en direction de Véritas, Lexi me demanda ou était mon créateur, celui qui m’avait transformé en vampire. Je tournais alors la tête vers elle pour lui avouer qu’elle était morte. En me souvenant du comment, un élan de fierté s’immisça en moi, j’avais bien fait de tuer les fondateurs, plus personne ne nous fera du mal à mon frère et moi, nous pourrions vivre tranquillement ici, à Mystic Falls, sauf que lui voulait partir, à cause de moi, de mon attitude. Et Lexi avait l’air de penser que j’avais aussi une habitude très, très mauvaise, elle m’avait même traité d’idiot. C’était vraiment moi le problème ? Lexi compatissait, elle était désolée que j’ai perdu Katherine.

« Ne le soyez pas, vous n’y êtes pour rien, elle a fait attention mais ce n’était pas suffisant, tenter de la sauver non plus n’a pas été suffisant mais c’est comme ça. »

Je souriais doucement, la mort de Katherine m’avait beaucoup affecté, tout comme Damon mais contrairement à lui j’avais essayé d’avancer et de m’amuser. Nous finîmes enfin par arriver chez moi, je la fis entrer et lorsqu’elle arriva dans le salon et vit mon dîner éparpillé un peu partout, je m’en excusais, lui disant que j’allais me débarrasser de ça. Par la suite elle me sort un mot et je le prends comme une insulte sur le moment, même si je ne comprends pas exactement ce qu’elle veut dire. Elle finit par m’expliquer, ce que je comprends mais les mauvais côtés sont tellement bons, tellement fascinant… Lexi s’approche de moi en me disant que les humains nous faisaient vivre mais qu’il ne fallait pas en abuser. Elle osa poser sa main sur mon épaule , elle voulait m’aider, elle me disait que j’allais souffrir et j’allais devoir faire des efforts surhumain mais que je serais redevenu moi-même. Elle ajouta même que j’allais redevenir humain à l’intérieur, juste là ou elle posa sa main, sur mon cœur mort. Je baissais les yeux un instant pour voir sa main sur mon cœur, réfléchissant quelques instant, ne sachant pas quoi faire. C’est vrai que je n’avais jamais voulu ça, être un vampire c’était inconcevable, je m’étais même promis de me laisser mourir pendant ma transition, sauf que je n’avais jamais pu faire ce qui était prévu, j’ai tué mon père, bu son sang et voilà le résultat.

« Tu veux m’aider ? Pourquoi ? »

J’étais étonné par ce qu’elle me proposait, après tout on se connaissait à peine, mais j’avais envie d’essayer, peut être que ca arrangerait tout entre Damon et moi, je ne voulais plus être fâché avec lui. Mais j’hésitais quand même.

« A quoi ca me servirait de faire tout ça, je ne veux pas souffrir inutilement Lexi. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▶ Tâches de sang : 138
▶ Arrivé(e) à Mystic Falls le : 19/03/2012
▶ Localisation : Au paradis, connard! ><
▶ Emploi/loisirs : Faire chier mon monde, me vanger...Et retrouver mon BFF!
avatar
Lexi Branson
MessageSujet: Re: Oh my god, you're a ripper... - Stefan   Mer 31 Juil - 21:56

Ces temps-ci, la guerre fait rage par ici. Et ça me fait réellement mal de voir ces humains s’entre tuer pour un semblant de terre ou de pouvoir. J’aime la vie et les regarder se priver de la leur sans pouvoir rien faire me brise le cœur. Sincèrement. Pourtant ce soir, je suis tombée sur quelqu’un que je pourrais enfin sauver sans passer pour un monstre ou sans avoir a hypnotiser par suite : Stefan. Petit vampire qui vient tout juste d’être transformé et qui n’a pas reçu un semblant d’éducation par son créateur. Quel gâchis. Et quel danger, surtout ! Parce qu’autant être réaliste : Un vampire aussi jeune, même s’il était un véritable ange lorsqu’il était humain, pourrait se conduire comme le pire des démons. Et apparemment, ça semble être le cas pour ce pauvre Stefan, qui n’a aucune idée des choses à faire ou à ne pas faire. Après tout, s’il était aussi prudent et expérimenté, jamais il ne m’aurait attaquée : Il aurait ressenti mon aura de vampire et surtout, il aurait su que je lui suis bien supérieur au niveau hiérarchique, parce que j’ai deux siècles de plus que lui. Par curiosité alors que nous marchons en direction de sa maison, je lui demande où est passé son créateur et grimace lorsqu’il m’annonce qu’il est mort. Je comprends mieux, évidemment ! Au moins, lâcher un novice dans la nature n’était pas volontaire !

« Je vois. Je suis désolée…Mais tu n’es pas le premier à vivre ça, crois moi. »

En effet, moi aussi j’aurais vécu seule si ma famille d’adoption ne m’avais pas trouvée rapidement et prise en charge peut de temps après ma transition. Mon créateur, qui m’avais agressé au détour d’une ruelle sombre, m’avais tout simplement abandonnée après m’avoir fait boire son sang et –sûrement- involontairement tuée. Peu importe ce qu’il voulait faire ou ce qui l’a motivé : J’étais seule, abandonnée. Et d’autres vampires m’ont trouvée, ils ont fait de moi ce que je suis aujourd’hui, m’ont ouvert des portes que je ne croyais pas susceptibles d’exister.
Nous arrivons chez lui et ce que je vois me laisse béate. Effrayée, presque, en réalité. Des corps de femmes trainent au sol, laissés simplement là comme si elles n’étaient que des bouts de viande dont on ne voudrait plus et qu’on prendrait notre temps à jeter. C’est horrible. Mais il n’est heureusement pas le premier ripper que je rencontre. Sachant qu’il est jeune, Stefan ne sera peut-être pas irrécupérable et certainement pas dur à sauver. Des centaines d’humains meurent au combat chaque jour. Lui a la chance de vivre éternellement et moi vivante, il ne passera pas ses précieuses journées à tuer et transformer les villes où il va en barbecue géant. J’essaie alors de faire comprendre à Stefan que la vie de vampire à tellement mieux à lui offrir que cette souffrance et cette dépravation permanente. Que certes il va souffrir et qu’il sera comme un alcoolique en rémission, mais qu’il sera déjà plus lui-même. Plus humain. Puis j’arque un sourcil et lui sourit lorsqu’il me demande pourquoi je souhaite l’aider. C’est vrai, nous ne nous connaissons pas, mais je m’attache déjà à lui sans savoir pour quoi. Lui et moi seront liés, je le sais. Il n’est pas irrécupérable, ni faible. Il suffit juste qu’il le comprenne : Et sachant que pour guérir il a besoin d’amour, de quelqu’un qui veille sur lui…Eh bien me voilà.

« Parce qu’il n’y a pas si longtemps, moi aussi j’étais une orpheline, tout comme toi. Il n’y a pas si longtemps, j’aurais pu mal tourner si je n’avais pas eu des gens près de moi pour m’épauler. Manifestement, tu n’as personne pour te guider, mais tu n’es pas perdu. Tu t’es juste légèrement écarté du droit chemin. »

Je retire ma main et la pose sur sa joue pour l’obliger à me regarder dans les yeux :

« Je vois des gens mourir tous les jours, Stefan. Je ne supporterais pas de te voir te détruire alors que tu es encore tellement jeune. »

Il me répond qu’il ne veut pas souffrir inutilement. Qui serait heureux à l’idée de souffrir ?! Personne, c’est clair. Mais il faut faire des choix, parce que la vie est ainsi faite.

« Ce ne sera pas une douleur insurmontable ni permanente, Stefan. Une fois que tu sauras comment te contrôler, comment garder ton côté vampire à l’intérieur, tout ira déjà mieux. Laisse-moi t’aider. »




Alexia Branson
UC. © cj.pomme'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▶ Tâches de sang : 1016
▶ Arrivé(e) à Mystic Falls le : 02/03/2012
▶ Age : 26
avatar
Stefan Salvatore
MessageSujet: Re: Oh my god, you're a ripper... - Stefan   Dim 3 Nov - 17:53

Tout ce sang, tous ces morts, ces blessés me rappelle à quel point j’ai soif, alors je n’ai pas hésité une seul instant de me rendre dans le camp ou l’on soignait tous les soldats pour m’y nourrir. Je me suis approché de l’un d’eux, je l’ai mordu, je l’ai même tué sans faire attention tellement la frénésie en moi était importante. Le sang si délicieux m’avait rendu euphorique, j’adorais ça, c’était bon et gouteux. Après vint le moment ou cette fille m’avait attiré, jusqu’à ce que je découvre qu’au final, ce n’était qu’une vampire, une personne qui était dans la même condition que moi. Sauf que Lexie avait quelque chose de particulier, elle avait l’air plus sur d’elle, plus forte aussi et avait une façon autoritaire de me regarder mais on pouvait sentir qu’elle ressentait de l’amour en elle, n’importe qui la voyant on pouvait facilement deviner qu’elle était une fille bien. Elle me rendait un peu nerveux, je ne connaissais rien d’elle mais je savais qu’elle ne me ferait rien, sinon elle m’aurait déjà tué tout à l’heure. Je la suivais donc, enfin, elle me suivait. Je lui indiquais le chemin de la maison pour qu’elle puisse se mettre en sécurité avant l’arrivée du soleil, qui n’allait pas tardé à pointer le bout de son nez. Lorsqu’elle me demande ou est passé mon créateur, je ne vais pas lui mentir, après tout je n’en ai pas le besoin en cet instant alors je lui réponds honnêtement que Katherine était morte. Je la regarde intrigué lorsqu’elle me dit que je n’étais pas le premier à vivre ça.

« Tu n’as pas à l’être, Katherine était ce qu’elle était, elle a trop voulu s’éternisé alors qu’elle savait qu’elle était en danger. Toi aussi tu t’es retrouvé seule ? »

Vu le ton qu’elle avait employé, j’en déduisais qu’elle avait elle-même était dans la même situation que moi. Encore j’avais Damon mais… entre lui et moi ce n’était plus du tout pareil depuis que nous étions devenu vampire, enfin, depuis que Katherine était rentré dans nos vies, elle avait tout gâché entre nous et il restait désormais une tension, même sans sa présence.

Une fois arrivé à la demeure des Salvatore, je ferme la porte tandis qu’elle découvre les cadavres des filles que j’ai tué plus tôt et je m’en excuse, lui disant que j’aurais dû ranger tout ceci avant mais que je le ferais. Elle commence à me parler d’une autre alternative, d’un futur sans boucherie, sans tuerie, il y aurait de la souffrance certes mais je serais moi Stefan Salvatore. Je ne sais pas pourquoi elle fait ça, pourquoi elle veut absolument que j’arrête tout ça, j’ai peur de ce qui va se passer, peur de souffrir à nouveau. C’est pour ça que je me suis fermé de tout, je me sentais tellement coupable sur tellement de chose qu’au final je préférais ne plus rien ressentir du tout. J’écoute ainsi donc son discours et elle confirme ce à quoi je pensais tout à l’heure, elle était orpheline et me disais que je m’étais écarté du droit chemin, je baisse les yeux un instant mais elle pose ma main sur ma joue pour que je la regarde dans ses yeux. Lexie ne veut pas que je me détruise alors que je suis jeune, mais je ne veux pas souffrir et je lui fais savoir. Qui voudrait devenir le grincheux et souffre-douleur, personne, je ne pourrais pas ressentir toute cette peine, ça serait tellement atroce. Elle voulait vraiment m’aider et je restais muet quelques instant, je ne savais pas quoi faire. Si je refusais, je risquais peut être de le regretter, et si j’acceptais, je risquais surement de souffrir le martyr et j’avais peur de tout ça, peur de l’avenir aussi et cette soif de sang que je ressentais qui m’enivrait à chaque instant, d’ailleurs, la pièce en était toujours imprégné et… oh mon dieu que j’en voulais encore ! Je pose ma main sur celle de Lexie et fis oui de la tête.

« D’accord… j’accepte ton aide. Qu’est-ce que je dois faire Lexi ? Je suis tout ouïe. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oh my god, you're a ripper... - Stefan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oh my god, you're a ripper... - Stefan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Stefan et Caroline
» Qu'est ce qu'une vie sans les amies ? Stefan Salvatore
» Stefan Salvatore is here
» Triangle Damon/Elena/Stefan
» Stefan et Elena

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Who Will Have Her Heart? :: Yesterday is gone. :: Parce que j'avais une vie, avant!-